De Diyarbakir à Batman

11 juin, kilomètres aujourd’hui : 90
Kilomètres depuis le début : 3277

Départ vers 8h ce matin, avec un temps agréable. Quelques bosses au départ. Le vrai souci c’est que je prends des petites routes et que les tracés ne sont pas toujours fiable ^^ Première farce au bout d’un chemin il est fermé par une grande porte verrouillée par un cadenas. Je m’en sors assez facilement parce que -je ne dois pas être le premier- j’ai remarqué que les barbelés qui longent la route ont été relevés un peu avant. Je pousse facilement le vélo sans même avoir à enlever les sacoches. Deuxième farce, dans un village la route proposée sur le tracé... n’existe pas... Je tourne un peu plus loin mais alors que je doute sur la faisabilité de la route un gars en moto s’arrête à côté de moi et me dit que la route est fermée, il faut faire le tour. Ça va je ne m’étais pas trop avancé dans cette impasse...
Je déjeune à mi-chemin à Bismil, une ville pas jolie et sans ombre. Je m’apprête à déjeuner à l’ombre d’un immeuble dans une rue glauque, lorsque je vois une tache verte sur mon plan. J’y vais mais en fait c’est le cimetière. Finalement je déjeune à l’ombre d’un mûrier, impossible de s’assoir le sol et le muret sont couverts de mûres écrasées...
Un peu plus loin je m’arrête dans une boutique et je demande du Çai (thé). En fait je crois que le gars n’en vendait pas mais il m’en fait quand même et on discute. Comme je suis français il me parle de son fils réfugié à Paris. Je ne lui demande pas pourquoi mais il est Kurde... Je m’en vais, le patron ne veut pas que je paye le Çai.
Je pensais prendre des photos au moment où la rivière Batman rejoignait le Tigre... mais c’est une immense gravière... moche.
Dans Batman je me promène, prend des photos, et un vendeur de légumes m’offre également un Çai. On discute comme on peut. Je comprends le Turc... non. Le Kurde ? encore moins... Le vendeur me dit que pourtant "Kurdish is perfect".
Rentré à l’hôtel, sous ma fenêtre une manif dont j’ignore le sens, encadré par des policiers plus nombreux que les manifestants. Les gens s’installent, prennent des chaises, des chants commencent rythmés par les tambours.
Demain Baykan.


     

Vos commentaires

  • Le 12 juin à 10:19, par Dominique En réponse à : De Diyarbakir à Batman

    Salut Jacques, Plus de 2000 km parcourus ! Bravo et bienvenu en Kurdistan bien malmené par ailleurs...
    Tout à ton magnifique périple, tu dois cependant être informé du séisme qui nous assomme : Jupiter a perdu la tête et a décidé tout seul comme d’hab (contre l’avis de beaucoup des siens) de jouer son va tout (et notre avenir), sûr de lui et ne voyant toujours pas l’énorme rejet qu’il suscite. IL répond favorablement à la demande des fachos et leur offre la possibilité de s’emparer du pouvoir dans 3 semaines avec l’aide d’une partie des LR ! Seras-tu revenu d’ici là fin Juin, ou envisages-tu l’exil au Kurdistan ou en Géorgie ?
    Que cela ne t’empêche pas, d’appuyer sur les pédales, de faire de belles rencontres et de nous montrer les beaux sites que tu traverses...
    No pasaran ?

    Répondre à ce message

    • Le 12 juin à 20:35, par Jacques Bouthier En réponse à : De Diyarbakir à Batman

      Oui j’ai été sidéré, comme les gens de l’émission de mediapart que je suivais par l’annonce de Macron. Et comme tous les gens de gauche j’ai eu effectivement peur que le front national arrive au pouvoir. En fait il semble que Macron ait choisi le moment où la gauche était la plus faible et éclatée pour dissoudre l’assemblée. Pour encore une fois se poser en rempart contre le RN et gagner une majorité. Il y a eu trois grosses pétitions pour demander le Front populaire, j’en ai signé une dès lundi. Apparemment Macron n’imaginait pas que toute la gauche se rassemblerait unitairement aussi rapidement. La ligne Cazeneuve a été vite marginalisée avec Carole Delga qui a pris position pour le Front populaire.
      J’ai été un peu boulé parce que je ne pourrai pas voter : impossible que je me déplace au commissariat pour valider une procuration comme je l’avais fait pour les Européennes. Mais finalement je crois que c’est pas grave : dans mon quartier avec une telle unité il est même possible que les candidats Front Populaire passent dès le premier tour.
      Donc l’exil au Kurdistan ou en Géorgie... pas pour le moment 😉

      Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 15:23, par laurence En réponse à : De Diyarbakir à Batman

    Coucou désolé de l’intrusion des actualités franco-françaises dans ton périple - tout ça ç l’occasion d’une élection européenne-. Ne peut-t-on pas demander une procuration par internet (surtout si tu viens d’en faire une en personne ? On va tacher de se renseigner !
    Bon vu l’aperçu que tu nous a donné sur la présence policière dans les manifs du Kurdistan, j’ai bon espoir que tu nous reviennes "quoi qu’il en coute" ! Bises

    Répondre à ce message

    • Le 15 juin à 18:59, par Jacques Bouthier En réponse à : De Diyarbakir à Batman

      Contrairement à ce que dit Darmanin il n’est pas facile de faire une procuration complètement dématérialisée ; déjà la base c’est d’avoir une carte d’identité biométrique. Et comme je n’ai pas ça je ne suis pas allé plus loin.
      Mais j’ai une grande confiance dans ma circonscription : en 2022 Hadrien Clouet est passé au second tour avec 57% des voix. S’il y a mobilisation l’unité est plus forte et plus large et il est possible qu’il passe dès le premier tour.
      Les automitrailleuses qu’on voit sur les points de contrôle routier qu’il y a un peu partout au Kurdistan sont jusqu’à maintenant assez silencieuses, donc je devrais revenir  😛 (les contrôles sont plus soft dans le reste de la Turquie)
      Ou alors je m’installe au pied du mont Ararat ?

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]