De Göreme à Kayseri, puis en bus à Diyarbakir

8 juin, kilomètres aujourd’hui : 73
Kilomètres depuis le début : 2505

Je quitte Göreme vers 9h. A Kayseri je dois d’abord trouver l’otogar. La route sans encombres, mon plaisir un peu gâché par les chaussures vélo qui me font mal aux pieds.
Il est prévu de l’orage aujourd’hui mais pour l’instant ça va. Je déjeune vers midi à une vingtaine de kilomètres de Kayseri.

Je trouve l’otogar et tout se passe très bien, je réserve mon billet 200Tl de moins que si j’avais réservé en ligne. Le vélo, aucun problème ! Très content que tout se passe aussi bien je vais visiter Kayseri. Il y a un centre historique tout petit avec deux principales mosquées, un bazaar historique et on me dit un caravanserail en rénovation... mais apparemment c’est faux je ne le trouve pas dans la liste. En élargissant le cercle il y a des monuments intéressants comme une ancienne medresa.

Les marchands de tapis

Arrivé dans le centre je cherche un peu d’ombre et m’arrête changer mes chaussures sur un banc. Je me promène avec le vélo chargé et je suis donc très visible comme touriste.
Un monsieur âgé vient s’assoir sur le banc à côté de moi. Il me demande en anglais d’où je viens, apparemment il connaît la France... Puis il me dit qu’il parle français. Il propose de me faire visiter un peu. OK, puis ensuite il me propose de boire un thé et j’entre dans une pièce bourrée de tapis. "Que des pièces uniques. Des modèles qu’on ne fait plus. Que j’ai pour beaucoup moins cher qu’ailleurs parce que Kayseri c’est le centre du tapis de la Turquie..." Bref je finis par le laisser. Oui, je reviendrai sans doute en Turquie...
Je vais visiter la citadelle. En sortant un monsieur m’accoste puis finit par m’offrir un thé dans sa boutique. Lui aussi vend des tapis, et il faudra que je lui dise fermement que ça ne m’intéresse pas avant qu’il ne me lâche... Ils se connaissent bien sûr...

Le vrai prix

Je quitte le centre pour rejoindre l’otogar parce que le temps devient menaçant. Mais il est assez loin et sur le dernier kilomètre j’ai droit à fortes rafales de vent, grêle et pluie... J’arrive trempé et vais me changer dans les WC.
Au moment de prendre le bus, le chauffeur voit mon vélo, dit qu’il ne peut pas le prendre qu’il faut payer quelque chose en plus... Bref je n’ai pas le choix, et je paye presque le double... Ca dépend des chauffeurs et des compagnies apparemment... Cette mésaventure n’était pas arrivé à une famille de quatre que j’avais rencontrée, mais ils connaissaient des gens qui avaient dû payer le prix fort...

Diyarbakir

Arrivé dans un otogar assez grand vers 6h du matin, je crois que c’est Diyarbakir, en fait c’est à 10 km. Pas grave j’ai le temps. Je visite un peu en arrivant, cherche un endroit qui fasse du café, puis finit par sortir mon réchaud dans un petit parc le long des remparts.
J’arrive à l’hôtel très avance et je peux... terminer ma nuit !


     

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]