Le tour de la Rhune

English, français

Balade d’entraînement pour faire un peu de pré-montagne et quelques cols.

Temps incertain, la météo annonce des orages violents à partir de 17h avec des rafales à 95km/h ! Mais Cédric et aussi Dominique se proposent de mettre le vélo dans la voiture en cas de besoin et de me ramener à Biarritz ! Avoir de l’assistance dans ce cas ça aide ! Ca évite d’avoir peur de rester coincé.

A Urrugne j’ai finalement suivi la route principale, sans doute pour ça que je n’ai eu qu’une pente assez clémente. 3.5% si je vois bien sur la carte.

Puis à partir de Béobie route tranquille le long de la Bidassoa. Une ancienne voie ferrée transformée en voie verte. Une bonne piste un peu caillouteuse (non goudronnée) et où j’étais surtout ralenti par le vent d’est.
Je retrouve Dominique à Bera où nous avions prévu de manger. Mais le petit resto sympa est fermé le lundi ! Alors j’attaque l’ascension du col de Lizuniaga. Finalement je l’avale bien en roulant doucement et régulièrement toute la montée.

Sur un site de cyclistes cirkwiki.com ils disent que ça donne un avant-goût de la montagne avec un début facile les deux premiers kilomètres avec une pente à 4%, et les trois suivants « à caractère plus montagnard, puisque l’on pourra trouver par moments des pentes à 8 % ».

En haut du col la benta où on devait manger est également fermée ! Pas grave ça descend jusqu’à Sare où on va manger au Trinquet. Un bon petit resto. Discussion trop brève après les 20 ans qu’on ne s’était pas vus ! Maintenant que j’ai plus de temps je devrais pouvoir revenir dans la région plus souvent !
Dominique me guide jusqu’à une route avec une pente tranquille pour monter au col de Saint-Ignace sur la roue d’Ascain. Ancienne voie de chemin de fer ça monte régulièrement mais sans pente forte.

Ensuite ça descend fort puis plus doucement jusqu’à Saint-Jean de Luz. Je tente la gare pour voir s’il y a un TER pour Biarritz : le prochain est à 17h17 : le temps est assez beau je tente le retour par la route. A 17h me voilà arrivé.

Alors que je suis arrivé depuis une heure un coup de vent terrible se déclenche. Il paraît que l’orage est arrivé d’un coup avec une rafale à 100 km/h. Heureusement j’étais déjà à l’abri. Rétrospectivement j’ai un peu peur de ce qui serait arrivé si j’avais été sur la route ? Est-ce que j’aurais eu la présence de me mettre à l’abri assez vite ?


|       |

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document